Regarder à l’intérieur de

Votre compte

Chez Peter’s Buddha Bowl & Juice, nous nous appliquons pour vous offrir la meilleure qualité de produits frais. Chacune de vos commandes sont faites au fur et à mesure que vous nous les commandez, fraîcheur garantie !

La parade amoureuse
Tomber en amour

Table des matières

Introduction 
Les 5 étapes de la formation d’un couple 
Le temps pour former un couple 
Quel est le but d’atteindre ce niveau de sentiment de sécurité ? 
Être un être responsable 
L’abandon en question 
L’étape de rencontre 
La parade amoureuse et l’étape de fréquentations 
L’étape de l’attachement 
L’étape de la découverte 
Le moment d’exaltation 
Conclusion

 

Introduction

Les premiers jours d’une rencontre, sont cruciaux, afin de déterminer la possibilité future de former un couple et de sa viabilité. En effet, nous ne pouvons pas tomber en amour dès les premiers instants d’une rencontre et nie durant les premiers mois de fréquentations. Car l’amour se développe avec le temps.

Au moment de la rencontre, nous partageons seulement le même besoin de vouloir combler notre besoin d’affection. L’amour n’est pas encore présent, nous ressentons juste une sensation de bien-être qui provient de l’espérance d’avoir trouvé enfin une personne qui comblera notre besoin d’être aimé.

Les 5 étapes de la formation d’un couple
  • 1- La rencontre
  • 2- Les fréquentations
  • 3- L’attachement
  • 4- La découverte
  • 5- Le moment d’exaltation
Le temps pour former un couple

Pour former un couple, il faut passer par ces 5 étapes et cela prend six mois au minimum. Six mois est le temps nécessaire pour solidifier le lien amoureux. Ce lien social est basé sur la confiance mutuelle de l’un envers l’autre. D’ailleurs, un couple se forme au moment où le niveau de confiance devient assez élevé pour créer un fort sentiment de sécurité.

Ce sentiment de sécurité correspond à l’amour qui s’est implanté graduellement ou qui a grandi lentement dans le couple en devenir. Autrement dit, l’homme et la femme peuvent se dire être en amour seulement au bout de six mois. Car, être en amour signifie être en parfaite sécurité l’un envers l’autre.

Être sécurité avec les sentiments, l’honnêteté, la sincérité et l’intégrité de l’autre en relation avec son implication émotionnelle. Au sixième mois, le choix est fait. C’est clair, il n’y a plus d’hésitation de part et d’autre dans la décision de faire un bout de chemin ensemble.

Six mois d’évaluation et d’apprivoisement pour faire grandir un amour naissant. Si au bout de six mois, les cinq étapes n’ont pas été traversées. Le couple en devenir est voué à se dissoudre, s’il n’y a pas une mise au point qui est faite.

Quel est le but d’atteindre ce niveau de sentiment de sécurité ?

Il est nécessaire d’atteindre ce niveau élevé de sentiment de sécurité pour pouvoir s’abandonner complètement à un échange d’affection. C’est à ce moment que le but ultime est atteint. Ce qui constitue la raison même de l’existence d’un couple. Ce but étant de vivre un moment intense de plaisir que procure un échange d’affection. Un moment d’euphorie qui transcende tout, un moment de bonheur intense.

Le plaisir d’un échange d’affection est l’opium du couple. Il nous rend euphoriques et nous fait tomber en extase. Ce sont des moments d’illumination qui nous permettent d’être plus créatifs et productifs dans notre vie de tous les jours. Un plaisir qui nous rend calme, paisible et contemplatif (ve).

Le plaisir de l’affection recharge nos batteries. Il nous réénergise. Nous obtenons un meilleur moral. Nous sommes plus pépé, motivé, et optimisme dans la vie. En d’autres mots, nous acquérons une meilleure santé mentale. Ce qui a aussi des effets bénéfiques sur notre santé physique.

De plus, le plaisir de l’affection constitue une stratégie de la nature pour créer et renforcer le lien social amoureux. Par conséquent, cela permet une stabilité relationnelle pour le bien de la venue éventuelle d’une progéniture.

Être un être responsable

Avant de penser à se trouver un ou une partenaire amoureux (se), il faut se poser la question suivante : pourquoi je désire une vie amoureuse ? Votre intention doit être bien réfléchie et claire dans votre tête. On ne va pas à la recherche de quelqu’un (e) pour des raisons vagues et diffuses. Il ne faut pas seulement penser à combler notre besoin d’affection, notre besoin de briser notre solitude, notre besoin d’avoir une vie sexuelle, etc. Mais de prendre conscience de la responsabilité que cela implique d’entrer une personne dans sa vie.

Pour pouvoir vivre un échange d’affection, il faut pouvoir s’engager envers l’autre. S’engager, c’est se responsabiliser face à notre propre affectivité et celle de notre partenaire. Être responsable de notre affectivité, c’est prendre soin de celle-ci en évitant de se faire du mal dans des relations malsaines. Être responsable de l’affectivité de l’autre, c’est en prendre soin, c’est être attentionné pour éviter du lui faire du mal.

On a affaire à un être humain et donc cela exige un grand respect en tout temps et en toute circonstance. Il ne faut pas jouer au fou en voyant promener les personnes qui ne font pas notre affaire pour des détails. Il faut être poli et respectueux même au moment d’une rupture.

Avoir une attitude responsable, c’est avoir à l’esprit ce que cela va nous exiger comme implication personnelle. Une relation de couple exige d’investir du temps et des efforts pour s’occuper de l’être aimé. Il faut lui donner de l’attention. Il faut respecter ses engagements ou promesses en faisant toujours ce que l’on a dit que l’on ferait. Être responsable, c’est accepté les frustrations et la souffrance qui accompagnent inévitablement une vie de couple. C’est accepter aussi de s’oublier souvent pour l’autre. En d’autres mots, ne pas toujours faire ce qu’il nous plaît de faire, d’être ouvert et malléable d’esprit. Assumer les différences. Être responsable, c’est se donner toujours à 100 % dans la relation.

Il est irresponsable de vouloir vivre une vie de couple juste pour les bons côtés et refuser de faire des efforts. Une vie de couple, c’est exigent, cela demande beaucoup des deux partenaires. Être en contact avec la vulnérabilité d’une personne, cela exige d’être responsable. Vous avez, si l’on peut dire, la vie de l’autre entre vos mains. Il faut être attentif, doux, compréhensif, etc.

L’abandon en question

Du moment de la rencontre amoureuse jusqu’au moment où les deux personnes tombent en amour et après, l’aspect de l’abandon est toujours présent et essentiel. En effet, nous devons toujours nous abandonner complètement aux évènements du moment en présence de l’autre.

Nous devons nous abandonner à ce qui va faire que nous pourrons nous abandonner complètement à l’autre un jour. Car, il nous est impossible de s’abandonner complètement au début d’une rencontre. En effet, nous nous abandonnons graduellement et de manière optimum en fonction du niveau de sécurité. qui augmente avec le temps.

S’abandonner constitue une habileté émotive et non rationnelle. Ainsi, ce n’est pas avec le rationnel que nous nous mettons des limites sur le jusqu’où nous nous abandonnons à l’autre. Mais, c’est la situation du moment qui le dicte. Ainsi, par réflexe plus nous nous sentons mal à l’aise en présence d’une personne plus nous plongeons dans nos pensées. Rationaliser, être au-dessus de ses affaires constitue une façade, un moyen de défense ou de fuite par excellence.

En contrepartie, plus nous nous sentons bien ou en sécurité avec une personne, plus nous sommes au niveau des émotions. Nous sommes plus détendus, souriants (e), affables, joyeux (ses), farceurs (ses) et sociables (à l’écoute de l’autre).

Pour pouvoir s’abandonner dans une relation amoureuse nous sommes obligés d’apprendre à connaître l’autre pour se sécuriser et être bien avec. C’est pour cette raison, que nous ne pouvons pas nous abandonner complètement avant 6 mois. Alors au début, même si nous le voulons fortement consciemment, nous ne le pouvons pas émotionnellement. Il faut laisser le temps faire son travail en s’abandonnant à cette réalité.

La capacité d’abandon peut varier d’une personne à l’autre en fonction de différents facteurs personnels. Le facteur le plus influent concerne l’historique de notre enfance. Ainsi, si dans notre enfance nous avons été aimés, nous avons eu de l’affection et de l’amour de nos parents. Il nous est plus facile aujourd’hui de nous abandonner à l’amour. Nous faisons plus facilement confiance et nous sommes plus sociables. Par contre, dans le cas contraire nous sommes plus insécures (es) et craintifs (ves). Nous avons plus de difficulté à reconnaître les situations où nous pouvons nous abandonner ou pas. Car, nous avons moins d’expérience en matière d’abandon. Nous avons peu de notions de ce que c’est de s’abandonner au juste.

D’autres facteurs concernent notre caractère, notre profil psychologique et notre personnalité. Et finalement, le dernier facteur notre capacité de résilience. Une capacité qui dépend de notre vivacité intellectuelle, de notre niveau de conscience de soi et de notre ouverture sur le monde. Ainsi, autant le rationnel peut servir de moyen de défense, autant il peut nous aider à briser des peurs, à nous rassurer et à nous mettre en confiance. Ce qui se conçoit bien, se vit mieux. Le rationnel, c’est comme le parent en soi qui nous rassure et qui nous dit : « regardes, tu n’as pas raison d’avoir peur et je vais t’expliquer pourquoi ».

Ce n’est pas pour rien que j’ai décidé de traiter la sexualité en centrant mon approche sur l’aspect de l’abandon. Il constitue la plaque tournante d’une vie de couple. La capacité de s’abandonner, c’est la clé de la réussite d’une vie amoureuse. Tous les problèmes de couples sont reliés directement à des facteurs qui nuisent à l’abandon mutuel.

Lorsque dans le couple l’abandon n’est plus présent, le plaisir d’être ensemble n’est plus. D’ailleurs, c’est l’absence de plaisir qui cause la séparation du couple. La femme et surtout l’homme peut se servir de la sexualité ou je dirais plutôt de la génitalité comme façade. Un homme, plus il va se sentir mal à l’aise avec son émotivité, plus il aura tendance à vouloir du sexe pour le sexe. Le sexe devient un exutoire, une porte de sortie pour éviter ce qui lui fait mal à l’intérieur.

C’est pour cette raison, que vous devez choisir un homme pour sa capacité de s’abandonner ou pour sa volonté de l’apprendre. Plusieurs femmes ont le comportement naïf de se donner à un homme juste parce qu’il est beau, qu’il a une bonne position, parce qu’il est musicien, etc. Elles se donnent pour un détail futile. Ce n’est pas parce que l’homme que vous avez rencontré est beau, qu’il est capable de s’abandonner. Plusieurs hommes non méritants profitent sexuellement de ces femmes sans donner en retour quoi que ce soit. Celles-ci se mettent ainsi en situation de dépendance affective. Elles pensent faussement qu’il suffit de se donner pour être aimée en retour. Par conséquent, ces femmes sont condamnées à vivre uniquement d’espérance.

C’est pour cette raison que vous devez parler, dès le début à votre futur élu, de ce que vous recherchez dans une vie de couple. Il faut lui dire que vous cherchez un homme sérieux, responsable qui désire s’engager dans une relation amoureuse stable dans le but de pouvoir combler votre besoin d’affection. En d’autres mots, que vous ne voulez pas lui servir de poupée gonflable.

N’oubliez pas ce que je vous ai déjà dit, c’est vous qui dirigez la relation amoureuse, vous devez lui démontrer en partant que c’est vous qui mener, pas lui. Puis faites-lui sentir, que si ce que vous lui demandez ne fait pas son affaire, d’aller voir ailleurs si vous y êtes.

L’étape de rencontre

 

Sa durée

L’étape de rencontre réside en 4 ou 5 rencontres échelonnées sur 2 semaines.

Son rôle

C’est de faire connaissance en vue de prendre une décision de se fréquenter ou pas. C’est en gros une étape de réflexion. Ainsi, nous nous informons de l’autre et nous parlons de soi. Durant cette étape de 2 semaines, nous découvrons la personnalité, le caractère de l’autre et ce qu’il (elle) fait dans et avec sa vie. Et surtout, il faut vérifier si nous sommes bien en sa présence.

Il est très important de ne pas avoir plus de 4 ou 5 rencontres en personne ou au téléphone en deux semaines. Car les moments où nous sommes seuls et durant la nuit, nous servent à mûrir notre décision. Nous devons prendre du temps pour digérer psychologiquement la personnalité de l’autre.

Tout ce temps, pour voir si nous nous sentons prêts à investir du temps et à nous investir émotionnellement avec cette personne.

La prise de décision ce

Lors de la 4e ou 5e rencontre, il est le temps de mettre carte sur table. Si vous vous sentez mal, vous lui dites, je ne me sens pas prêt à devenir ta blonde. Par contre, si vous vous sentez bien avec lui et que vous avez l’intuition qu’il pourrait faire un bon parti pour vous. Vous devez discuter avec lui la possibilité d’aller plus loin ensemble.

Vous devez lui poser des questions comme : Comment vous trouve-t-il physiquement ? Est-ce que vous lui plaisez physiquement ? Est-ce que votre personnalité lui plaît ? Est-ce qu’il se voit être votre amoureux ? S’il hésite dans ses réponses, c’est mauvais signe. Demandez-lui s’il est timide ou renfermé. En tout cas, s’il est vague et diffus dans ses réponses cela vient de s’arrêter là. Allez à la recherche d’un autre partenaire.

Par contre, s’il répond à ces questions, vous pouvez lui poser par la suite la question à 100 dollars : « tu me plais et c’est pour cette raison que je désire savoir si tu serais prêt à t’engager à faire les efforts pour bâtir une relation amoureuse stable avec moi ?  »

S’il dit un oui sincère, explique-lui les efforts qu’il devra faire pour gagner votre coeur. Il devra attendre 6 mois avant de vivre une relation sexuelle complète (avec pénétration). Il devra être patient et respectez votre rythme. Il devra être attentif à vos besoins et délicat dans son approche. Il devra poursuivre le même objectif de former un couple afin de combler votre besoin d’affection. En gros, il devra être d’accord avec vous pour prendre le temps de vous connaître afin d’atteindre cet objectif.

Dites-lui que vous n’êtes pas là pour réaliser ses fantasmes sexuels. Vous désirez un homme social en amour, capable d’entrer en vraie relation avec une femme et capable de s’abandonner physiquement.

S’il semble être d’accord de s’engager dans une relation stable pour combler son besoin d’affection. Vous pouvez prendre la décision, dans un commun accord, de prendre une chance de vous lancer dans l’aventure de vous fréquenter. Et ainsi voir si vous tomberez en amour ensemble un jour.

Vous allez découvrir, durant l’étape de fréquentations, s’il était honnête en disant qu’il voulait s’engager avec vous dans une relation amoureuse stable et durable. Vous pourrez vérifier si oui ou non il voulait vous faire des accroires pour camoufler sa vraie intention d’obtenir uniquement une aventure sexuelle avec vous.

Il faut que ce soit bien compris de la part des deux partenaires avant de commencer les fréquentions que cela va prendre six mois d’efforts au minimum avant de tomber en amour. Efforts déployés afin de réussir à s’abandonner totalement l’un envers l’autre. La relation sexuelle n’est pas un objectif à atteindre, mais un simple évènement qui survient dans un contexte d’une relation amoureuse.

Les hommes qui n’ont dans la tête que d’obtenir du sexe. Ou, les femmes qui recherchent dans une relation de couple seulement une sécurité financière, ont une façade qui les empêche de pouvoir s’abandonner à l’affection. Homme et femme doivent vivre un détachement complet en rapport à leurs désirs, parfois légitimes. Les deux doivent avoir uniquement, dans la tête, l’objectif de former un lien social sécuritaire ou amoureux afin de profiter au maximum du plaisir de l’affection.

Être en contact avec son besoin d’affection

Il vous faut être continuellement en contact avec votre besoin d’affection en présence de l’autre. Cela dès les premiers instants de la rencontre amoureuse et jusqu’au moment où vous allez tomber en amour. Être centré ainsi sur votre besoin d’affection vous permet d’établir un contact social au niveau émotif plutôt que rationnel. Vous allez exprimer inconsciemment, ainsi, votre besoin d’affection par votre attitude, votre manière de parler, de regarder, etc. Vous ressentez aussi ainsi consciemment ou inconsciemment si l’autre est en contact avec son besoin d’affection. Si vous ou l’autre est trop sur la défensive le contact sera niveau rationnel. Dans ce cas, on ne peut pas nommer cela une rencontre amoureuse.

Demeurez réaliste

Il s’agit de demeurer réaliste tout en étant en contact avec son besoin d’affection afin de ne pas vous laisser emporter émotivement. Il faut éviter de vous sentir faussement en amour par trop d’enthousiasme.

Au début, il faut pouvoir jouer sur les deux plans, rationnel et émotionnel. Être réaliste, c’est comprendre que cela prend 6 mois pour tomber en amour. Il ne faut jamais partir en peur en vous disant, dès la première journée, que vous êtes en amour par-dessus la tête. Il ne faut pas se laisser emporter par son manque d’amour, ses désirs et ses rêves.

Il faut garder la tête froide le plus possible durant l’étape de la rencontre amoureuse. Ceci vous permettra de ne pas être gêné de lui parler franchement et ouvertement de ce que vous attendez d’une relation de couple. Puis de le plaquer là sur-le-champ, s’il n’est pas d’accord à répondre à vos exigences.

Le plaisir par anticipation du plaisir

Être réaliste, c’est aussi ne pas confondre le plaisir par anticipation du plaisir (l’enthousiasme) et le sentiment d’être amoureux.

Les premières heures suivant une rencontre amoureuse sont caractérisées par un fort sentiment d’espérance. Le coeur vacille entre le sentiment de joie d’avoir trouvé l’amour et l’espérance que l’amour se concrétisera.

En effet, le plaisir, l’état vaporeux des premiers jours qui fait suite à une rencontre amoureuse s’explique par un état d’excitation causer par une espérance d’avoir trouvé enfin l’amour.

Une excitation qui provient d’une amphétamine que notre corps produit et que nous appelons phényléthylamine. C’est un stimulant naturel du système nerveux.

« Elle provoque un état d’excitation physique et mentale associé à un état émotif agréable, baigné de sensation de joie, d’euphorie et de plénitude.

La phényléthylamine fait alors tomber nos blocages, nos censures et nos inhibitions habituelles : elle nous fait « tomber amoureux »

Référence : De l’amour plein la tête ou la biologie de l’amour – Dr Marc Schwob – Les éditions Hachette 1984

Ce sentiment d’espérance naît d’une rencontre avec un être humain qui a le même besoin d’affection et d’être aimé que nous. L’espérance fait secréter de la phényléthylamine. Cette espérance se décrit comme un plaisir de voir peut-être son désir profond d’être aimer se réaliser. Le plaisir de rencontrer une personne qui est attentionnée envers nous et en contact avec notre besoin d’affection. Le plaisir d’être avec une personne qui apprécie notre présence, etc.

Dans une rencontre amoureuse, il faut ressentir le besoin d’affection de l’autre pour être sécurisé. Faire sentir son besoin d’affection à l’autre. C’est se montrer tels que nous sommes, en faisant entre voir notre vulnérabilité et notre fragilité à travers notre timidité, notre gêne et notre insécurité. Ainsi, l’autre voudra se montrer rassurant et s’ouvrira émotionnellement envers nous.

Un insécure va avec un autre insécure. Si vous êtes attirée par un homme qui semble sûr de lui, parce que vous êtes trop insécure, c’est une erreur de votre part. Car, c’est une fausse impression qu’il vous donne. L’homme qui est vraiment sûr de lui, c’est celui qui est à l’aise avec sa vulnérabilité et qui ose afficher son sentiment d’insécurité. C’est un sentiment que nous vivons tous sans exception. Un homme relativement timide et insécure est un bon indice de sa capacité de s’abandonner.

Revenons sur mon explication du plaisir associée à une rencontre amoureuse. La phényléthylamine est la drogue du plaisir par anticipation du plaisir. Rappelons-nous que le plaisir naît de la souffrance et de la passion. La passion est une énergie qui nous pousse à l’action en vue de faire baisser la souffrance et l’anxiété.

Ainsi, la souffrance, générée par le manque d’affection et de contact physique, est associée à de l’anxiété. Ce manque crée une pression qui s’exprime par une passion. Plus on souffre, plus la passion augmente proportionnellement. Par conséquent, plus le plaisir par anticipation du plaisir devient grand parce que nous secrétons plus de phényléthylamine.

Donc l’anxiété du au manque d’affection diminue après un rencontre amoureuse grâce à la phényléthylamine. Le plaisir par anticipation du plaisir nous motive à préparer le terrain pour que nous puisions tomber en amour au bout de six mois. La phényléthylamine nous rend passionné (e), attentionné (e), doux (ce), patient (te), compréhensif (ve), chaleureux (se), etc. En fait tout pour conquérir le coeur de l’autre.

La phényléthylamine donne tout son sens aux 6 mois de fréquentations avant de pouvoir s’abandonner complètement à un échange d’affection. Elle nous permet de patienter. Nous pousse à nous comporter et faire ce qu’il faut pour se sentir en sécurité l’un envers l’autre. En d’autres mots, la phényléthylamine nous fait travailler afin d’atteindre notre but ultime de pouvoir combler notre besoin d’affection.

L’étape des fréquentations constitue le gros de la parade amoureuse. En quelque sorte, la phényléthylamine est la drogue de la parade amoureuse qui prend 6 mois avant d’aboutir.

Le contact physique durant l’étape des fréquentations

Durant celle-ci, on découvre l’odeur corporelle de l’autre. Le type de contact physique évolue en fonction du niveau de confiance et de sécurité entre les deux personnes. Lors de l’étape des fréquentations, le contact physique se limite à se toucher les mains, à se donner des becs sur les joues furtivement et à des accolades.

Ici, le contact physique sert à vérifier les bonnes dispositions de l’autre envers soi. Si c’est une bonne personne ou pas.

L’ampleur du contact physique doit être graduelle. Ce n’est pas recommandé d’avoir une relation sexuelle complète le deuxième soir après avoir rencontré quelqu’un. Ce n’est pas une erreur fatale, mais le risque est très grand de vivre des inconforts et d’être perturbé émotionnellement. Il y aura un froid entre vous deux qui créera une barrière qui vous empêchera de vous abandonner par la suite à lui.

La parade amoureuse et l’étape des fréquentations

Être détacher des ses propres désirs

L’homme ne doit pas penser à obtenir du sexe durant les six premiers mois et même après. Il ne doit pas non plus fantasmer sur sa future partenaire en train de lui faire des actes sexuels en sa présence. Il doit avoir l’habilité sociale de pouvoir se détacher de ses pulsions sexuelles. En d’autres mots, il ne doit pas penser au sexe (imagerie) en sa présence. En ce sens, l’homme doit se masturber pour calmer ses ardeurs.

Même si l’homme est détaché de l’idée d’avoir du sexe avec en présence de sa future partenaire. Sa pulsion sexuelle demeure présente. La phényléthylamine permet de canaliser l’énergie de la pulsion sexuelle dans la parade amoureuse. En d’autres mots, l’énergie passe à être attentionné et à avoir une présence agréable pour la femme. C’est une forme de sublimation du besoin de génitalité par un comportement amoureux.

Un homme sain d’esprit et social en amour, ne fantasme pas sexuellement en présence d’une femme même si elle est nue devant lui. La nudité d’une femme normalement devrait le bouleverse émotionnellement, l’attendrir et lui faire ressortir son besoin d’affection. Il se sent soudainement comme amoureux.

L’homme est excité sexuellement par réflexe. Un homme sain peut être en érection sans penser à faire l’acte sexuel. Un homme, qui n’est pas capable de se dissocier de ses érections qui surviennent spontanément, est un antisocial amoureux. Il manque de savoir-vivre. Durant la période de fréquentations, il est normal que l’homme ait des érections. Cela peut arriver en tout temps, mais tout particulièrement lors des moments plus intimes (caresses et collages). Dans ce contexte de respect, l’érection de l’homme exprime le fait qu’il apprécie beaucoup la présence de la femme et qu’il la désire.

L’homme ne doit pas se laisser distraire par ses érections qui surgissent et disparaissent. Il doit en être détaché et se centrer sur la relation, sur ce qui se passe au niveau des émotions avec la femme.

La relation sexuelle complète constitue une finalité biologique. Veux veux pas, un jour ou l’autre, c’est ce qui va se passe entre un homme et femme. L’homme doit vivre le détachement face ses désirs sexuels. Ne pas s’en faire, la relation sexuelle surviendra le moment venu, quand les circonstances idéales seront présentes. Il ne faut pas forcer les choses.

Vivre le détachement, pour laisser place à l’élaboration d’une relation amoureuse basée sur le besoin d’affection. Le plaisir associé à l’échange d’affection, crée une dépendance affective dans le couple. Cette dépendance constitue le lien social amoureux. D’ailleurs, il doit y avoir une relation amoureuse pour que la sexualité se vive dans les meilleures conditions possible. En d’autres mots, pour pouvoir jouir de la sexualité au maximum sans en être perturbé émotionnellement.

L’homme porté sur le sexe passe à côté de l’essentiel. Il est incapable d’établir une relation avec une femme. Il désire seulement s’en servir pour se masturber. C’est la relation humaine entre l’homme et la femme qui gratifie la relation sexuelle, qui lui donne un sens et qui enrichit notre vécu.

L’échange d’affection contribue à 99 % du plaisir obtenu au cours d’une relation sexuelle. Les gens qui font du sexe que j’appelle industriel (qui cumulent les conquêtes et les expériences sexuelles de toutes sortes telles que l’échangiste, le triolisme, le sado-maso, etc), aiment vivre des émotions fortes. Le plaisir, qu’ils en retirent, est limité et se compare aux plaisirs solitaires. Ils ont le plaisir de réaliser un fantasme point. Ils n’ont pas établi une relation avec un autre humain, mais plutôt avec leur imagination.

La parade amoureuse durant l’étape de fréquentations

Dans sa parade amoureuse, l’homme, se préoccupe constamment du bien-être de sa future partenaire. Il est très attentionné. Il est tendre dans son approche, en penser, en parole et au toucher. Et surtout, il conçoit et perçoit bien le besoin d’affection de la femme.

Il donne des fleurs, écrit des mots d’amour, fait des petits cadeaux, prépare des repas intimes, organise des pique-niques et des sorties pour lui faire découvrir des coins de la nature, etc. Finalement, il est disponible pour lui venir en aide.

Il se préoccupe de la qualité de la relation toujours en demeurant en contact avec son besoin d’affection. Il conçoit bien l’importance et la valeur la femme qui est devant lui. Elle est précieuse et fragile, il faut donc en prendre soin. Il se montre galant, ouvrent les portes, l’aide à enlever son manteau, etc.

La femme durant la parade amoureuse doit profiter du moment, du plaisir d’être traité aux petits soins, du plaisir de recevoir des compliments, du plaisir d’être séduite et celui d’être admiré. La femme doit aussi être à l’écoute de l’homme et lui faire sentir qu’elle apprécie les efforts et les petites attentions qu’il fait pour elle. Mais en gros, la femme demeure passive. Elle observe son soupirant lui faire la cour pour pouvoir finir par pendre une décision de le choisir comme ami de coeur ou pas.

En effet, l’homme durant cette période doit faire ses preuves et démontrer qu’il peut être un amant à la hauteur. Par contre, la femme n’a rien à prouver, c’est à elle qui revient de prendre une décision. L’homme convoite et la femme dispose.

Sa durée

La parade amoureuse durant l’étape de fréquentations dure 3 mois. Une étape pour apprendre plus à connaître l’autre. Nous commençons à découvrir son émotivité et son monde intérieur. Nous nous habituons à sa présence et à l’idée qu’il (elle) va faire partie de notre vie.

Le contact physique sert à vérifier l’honnêteté

Toucher l’autre physiquement, c’est entrer dans son intimité. Une personne ne peut pas mentir avec son corps. Ce que nous ressentons d’elle en la touchant est toujours vrai et authentique. Nous entrons en contact avec sa fragilité et sa vulnérabilité. Nous perçons ses moyens de défense. C’est tout particulièrement pour cette raison, que nous ne sommes pas totalement à l’aise de nous laisser toucher au début.

Par conséquent, nous ne pouvons pas vraiment échanger de l’affection durant l’étape de fréquentations. Car, nous ne sommes pas encore assez en sécurité avec l’autre. Donc le rôle du contact physique ici est d’être exploratoire. Nous vérifions l’honnêteté, l’intégrité et l’authenticité de l’autre.

Les touchés acceptables

Le contact physique est toujours sans nudité. Le contact physique est plus soutenu. Ainsi, nous pouvons nous serrer dans les bras, nous donner des becs sur la bouche, sur les joues et les mains. Nous pouvons caresser le visage, les cheveux, le cou, les bras, le dos, le ventre et les jambes.

Il ne peut pas y avoir des « french ». Nous ne devons pas toucher les seins, les fesses et les parties génitales.

Je recommande de vous coller longuement en écoutant la télévision, sur un banc public ou dans d’autres circonstances. Il faut toucher les mains de l’autre aussi souvent que possible et surtout quand vous discuter ensemble sur des choses sérieuses et impliquant émotivement. En effet, par les mains, nous allons chercher beaucoup d’informations sur l’état émotif de la personne. Les mains sont le canal de communication non verbale le plus efficace.

Le test du toucher est le test le plus valide et sûr. Ainsi, en posant des questions, il faut toucher l’autre pour sentir s’il ou elle est honnête (e).

Le rôle de l’odeur corporel

Durant l’étape de fréquentations, ne mettez jamais de parfum et évitez les savons trop parfumés. L’odeur corporelle constitue aussi une source d’informations pour découvrir l’autre. Par l’odorat, nous pouvons détecter les états émotifs et l’authenticité d’une personne. S’il (elle) est vrai (e) dans ce qu’il (elle) est. Et, s’il (elle) se sent bien avec nous et nous sentons bien avec il ou elle.

Fréquence des visites

Durant, l’étape de fréquentations, il est toujours important de ne pas vous voir, nie, parler par téléphone tous les jours. L’idéal, c’est 3 fois par semaine.

Prendre contact seulement à tous les 2 jours permet de se retrouver et analyser la qualité de la relation. Revoir, ce qui s’est passé. Vérifier, si vous vous sentiez bien. Essayer, de comprendre ce qui a mal été, ce que vous n’avez pas aimer de l’autre, etc.

Rappelons-nous que l’étape de fréquentations est encore une de réflexion afin de pendre une décision de s’engager avec l’autre ou pas. Cette décision se base sur la réelle capacité de l’homme à s’abandonner à un échange d’affection. C’est pour cette raison que vous devez mûrir votre décision durant les journées où vous vous retrouvez seule.

Faire une période de fréquentations, c’est être réaliste. Cela vous permet d’éviter de vous faire prendre, de vous faire manipuler et de devenir dépendante émotivement. Vous devez diriger la relation amoureuse en vous assurant que les étapes sont respectées.

Évitez la dépendance affective

La dépendance affective, c’est perdre sa capacité d’être autonome affectivement. L’autonomie affective, c’est pouvoir dire que j’ai besoin d’affection, mais seulement si. En contrepartie, être dépendante affectivement, c’est vouloir de l’affection à n’importe quel prix.

L’indépendance affective, c’est pouvoir se dire, je désire de l’affection, mais seulement si l’autre est pleinement disposé à me recevoir dans son coeur.

Pour que nie, l’un nie, l’autre mise sur la fragilité de l’autre pour la ou le manipuler. Il faut que les deux affichent leur vulnérabilité au même rythme. Voilà, encore une bonne raison de respect le temps et les étapes décris dans ce texte, pour arriver à tomber en amour.

L’étape de l’attachement

Sa durée

L’étape de l’attachement dure un mois et demi.

Fréquence des visites

Elle est de 3 à 4 fois par semaine. Il est nécessaire de se retrouver seul, sans contact même téléphonique pour faire le point sur la relation. Ceci est valable aussi après être tombé en amour de prendre des moments seul pour renouveler continuellement la relation amoureuse.

Un homme, qui veut vous voir tous les jours, cache quelque chose. S’il n’est pas capable de rester seul, cela signifie qu’il n’est pas capable de faire face à lui-même. Donc, il n’est pas capable de faire un retour sur la qualité du contact social qu’il a vécu avec vous. Il est probable qu’il veut être avec vous pour s’évader, pour fuir sa souffrance. Il n’est pas capable de mûrir la relation que vous essayez d’établir. Donc, ce qu’il vit avec vous n’évoluera pas. Il va rester au niveau d’un désir, le désir de ‘n’être avec vous que pour une chose…

Cela court-circuite le processus qui vous amènerait à tomber en amour. L’amour est un processus de mûrissement intérieur. Le désir de vivre une vie amoureuse est motivé par un besoin de combler notre besoin de sécurité et non pour fuir notre souffrance morale ou pour geler notre mal de vivre.

Caractéristiques de cette étape

L’étape de l’attachement débute au moment ou vous prenez la décision de le choisir comme votre amant. Car, vous croyez qu’il veut vraiment s’engager dans une relation amoureuse stable avec vous. Car, vous êtes sûr de son honnêteté et de son intégrité.

L’étape de l’attachement est encore une d’apprivoisement. Vous commencez à vous ouvrir à cet homme. Vous commencez à lui faire sentir votre besoin d’être aimer. Vous commencez à vous rendre vulnérable, parce que vous êtes certaine qu’il n’en abusera pas.

En lui faisant voir votre besoin d’aimer, vous ouvrez votre porte. Il est supposé faire de même. C’est le début de la relation amoureuse. L’homme et la femme s’apprécient, l’un l’autre, beaucoup plus après avoir partagé leur vulnérabilité respective. Ils se sentent également importants (e) l’un envers l’autre. Ils se sentent la responsabilité de faire attention à la vulnérabilité de l’un et de l’autre. Ils partagent désormais un vécu émotionnel commun.

Donc, c’est à partir de la prise de contact avec la vulnérabilité de l’autre que l’attachement prend naissance. La personne, qui se sent aimer par une autre personne, accorde à cette dernière plus d’importance. Elle devient la personne la plus significative dans sa vie.

Durant cette étape, nous commençons à nous ennuyer de l’autre en son absence et nous désirons sa présence. Durant l’étape des fréquentations, c’est plus l’espérance que l’amour prenne naissance que l’attachement qui nourrit le désir d’être en présence de l’autre.

Par contre dans l’étape de l’attachement vous commencez à réaliser que la relation amoureuse a beaucoup de chance de se concrétiser. Vous pouvez vous ouvrir et à vous donner à l’autre beaucoup plus. Ce sentiment d’attachement les fera glissé à la dernière étape. Celle du rapprochement émotionnel qu les fera tomber en amour l’un envers l’autre.

Dans l’étape de l’attachement, le sentiment d’aimer l’autre prend forme. Le sentiment d’aimer origine de la sensation d’être bien avec l’autre. Être bien avec l’autre signifie qu’on se sent en parfaite sécurité avec elle ou lui. Finalement, cela indique que nous avons atteint notre objectif du départ.

Le contact physique durant l’étape de l’attachement

Le contact physique rendu à cette étape sert a préparer le terrain à un échange d’affection.

Dans l’étape des fréquentations, le contact physique sert à s’acclimater à l’autre. Le toucher n’est pas vraiment chaleureux. Le touché est amical, parce que les sentiments amoureux ne sont pas encore présents. Tandis que durant l’étape de l’attachement, le contact physique est associé à des sentiments. Nous commençons peu à peu nous abandonner physiquement. Nous entrouvrons la porte à une partie de notre intimité.

En faisant une ouverture sur notre intimité nous nous rendons vulnérables à l’autre. En se rendant vulnérable, le touché devient plus chaleureux et passionné. C’est comme si nous touchions l’autre pour lui demander, rassures-moi, aime-moi. On ressent une urgence à être rassuré à ce moment précis.

Qui dit sentiment, dit odeur corporelle. Comme en touchant une personne on ne peut pas faire autrement que sentir son odeur, l’action de toucher et de sentir sont indissociables. L’odeur corporelle rassure et calme. C’est à partir de l’odeur de l’autre que naissent les sentiments que nous avons pour elle. Nous aimons l’autre à cause de son odeur corporelle. Nous nous attachons sentimentalement à l’autre à partir de son odeur corporelle. Nous avons la sensation d’aimer l’autre en commençant à le sentir. Sentir l’autre, nous la fait l’aimer. L’odeur nous fait nous abandonner à aimer l’autre. Sans l’odeur corporelle, nous aurions de la misère à aimer et à s’abandonner à l’affection.

Le rôle de l’odeur corporel durant l’étape de l’attachement

C’est pourquoi durant l’étape de l’attachement, nous pouvons commencer à explorer l’odeur corporelle de son vis-à-vis. Il faut renifler les parties du corps suivantes : les cheveux, le visage, le cou, le torse, le dos, les bras et le sou de bras. Oui oui, le sou de bras, une odeur forte, mais très révélatrice de l’état émotif de l’autre. D’ailleurs, par l’existence de glandes sudoripares apocrines sous les aisselles, celles-ci dégagent une odeur sexuellement stimulante.

Durant l’étape de l’attachement, le contact physique demeure essentiellement affectif. Donc, il n’est pas toléré de toucher ou de renifler les parties génitales. Pas de nudité complète, mais une nudité partielle est acceptable, soit le torse nu pour l’homme et les seins nus pour la femme. Les seins ont un côté affectif très fort. Le contact physique commence à être plus élaboré. Les caresses sont tolérées presque partout sur le corps. Le couple se caresse, se serre dans les bras et reste coller l’un à l’autre longuement.

Malgré tout dans l’étape de l’attachement, nous ne pouvons pas encore nous abandonner complètement. Nous sommes encore en retenue émotionnelle. Nous prenons que partiellement plaisir de toucher et de se faire toucher.

Avec le contact physique plus intime (touché et odeur) nous entrons en contact directement avec la vulnérabilité de l’autre. Cette vulnérabilité est associée à notre fragilité d’enfant qui a besoin d’être aimé.

Durant cette étape, nous entrons en contact avec le patron affectif de l’autre.

Le patron affectif

Nous avons tous un patron affectif. Soit une sensibilité qui est nôtre, une manière à nous d’exprimer notre besoin d’être aimé et d’avoir de l’attention. Notre fragilité se rapporte directement à notre enfance, à notre dépendance affective face à nos parents. L’enfant a le « aimes-moi » écrit dans le front.

L’enfant n’est pas capable de se dissocier de l’amour de ses parents. Il n’est pas capable d’amour. Il aime se faire aimer. Il ne ressent pas le besoin qu’ont ses parents d’être aimé. Il s’en fiche complètement. Il a besoin lui d’être aimé et c’est tout ce qui compte pour lui.

Une fois adulte, il y a toujours une partie de nous qui désir être aimés égoïstement sans penser à l’autre. Le besoin d’être aimé, constitue pour l’enfant un besoin essentiel pour sa santé mentale. Cela constitue le lien social significatif avec ses parents. Ne pas être aimé, signifie être en danger. Il y a un risque d’être abandonné et mourir parce plus personne ne s’occupe de lui. Être aimé est nécessaire pour qu’il se sente bien et en sécurité. Donc, la fragilité de l’enfant réside dans la possibilité qu’il ne soit pas aimé.

Adulte, notre besoin d’être aimé, se rapporte à notre peur d’être abandonné et délaissé de notre enfance. Ne pas être aimé pour un enfant lui cause une forte anxiété. Anxiété qui l’empêche de se développer normalement au niveau affectif et intellectuel. Car le combat pour la survie, lui prend toute son énergie.

En prennent contact avec la vulnérabilité de l’autre nous touchons à cet aspect de sa fragilité associé à son besoin d’être aimé à sens unique. Pour laisser transparaître cet aspect de notre fragilité, relié à notre enfance, nous devons avoir confiance d’être reçu positivement par l’autre. Ce niveau de confiance est nécessaire pour que le couple puisse vivre un jour le plaisir de l’abandon physique total.

En contrepartie, si un des deux accuse l’autre de rechercher sa mère ou son père dans la relation amoureuse. Cela jettera un froid sur la personne qui reçoit l’accusation. Sur la défensive, elle lui sera plus difficile, même impossible, de s’abandonner à l’autre. La personne qui fait ce genre de reproche brise le lien de confiance.

Le refus d’être accueilli dans notre besoin d’être aimé, à sens unique, peut refaire sortir une blessure d’enfance. Une blessure d’enfance peut se définir comme l’expérience d’avoir essuyé un refus d’obtenir de l’attention et de l’affection au moment précis qu’on le voulait. Nous traînons tous des blessures d’enfance. Il faut pouvoir en être conscient et pouvoir le bien le gérer pour pouvoir établir une relation amoureuse saine et constructive.

Nous ne pouvons pas guérir des ces blessures. Ces blessures sont associées à un sentiment de frustration. Donc gérer ses blessures d’enfances, c’est maîtriser ses frustrations, pour éviter de se fâcher et d’être impatient envers l’autre pour un rien. En d’autres mots, ne pas en vouloir à son ou sa partenaire de ne pas être toujours disposé à nous recevoir dans notre besoin d’attention.

Pour conclure, durant l’étape de l’attachement on apprend à répondre au besoin d’être aimé de l’autre.

L’étape de la découverte

Sa durée

L’étape de la découverte dure 4 semaines ou un peu moins.

Fréquence des visites

Maximum 4 fois par semaine encore une fois pour pouvoir faire le point sur ce que vous vivez avec l’autre. Pour accueillir graduellement l’autre dans notre vie affective.

Caractéristiques de cette étape

Les deux personnes en l’absence de l’autre ont un fort sentiment d’aimer l’autre. Il y a une communication non verbale et une compréhension émotive bien établie. Les personnes graduellement se fondent émotionnellement au patron affectif de l’autre.

Le niveau de confiance est presque à son maximum. La passion l’un envers l’autre prendre naissance. Nous sommes sécurisés, nous savons que l’autre est disponible pour combler notre besoin d’affection. Il y a de l’amour entre nous. La capacité d’abandon mutuel se situe à 80 % du maximum et augmentera graduellement jusqu’à 100 % au moment fatidique.

C’est au début de cette étape que l’engagement émotionnel inconscient se produit. Le couple commence vraiment à prendre forme graduellement tout au long de ce dernier mois de ce processus.

Chaque personne réalise encore plus l’importance de la responsabilité de prendre soin de la vulnérabilité de l’autre.

Consciemment, s’engager émotionnellement, c’est prendre la décision de se donner à l’autre à 100 % de corps et d’esprit. D’être tout pour l’autre. De mettre toutes nos énergies provenant de notre affectivité. À ce stade, il n’y a plus d’hésitation du genre : Suis-je avec la bonne personne ? Pourrais-je trouver une meilleure personne ? Cette personne est-elle fait pour moi ?

En présence de l’autre, nous y sommes très attentifs. Nous nous imprégnons de sa personnalité, de son odeur, de sa chaleur, de sa douceur et de son énergie. Elle ou il nous habite continuellement notre esprit.

Une pensée encapsulée

« Le besoin d’affection est une énergie qu’il faut pouvoir bien canaliser. Une énergie qui est toujours prête à exploser au moindre toucher physique. Quand nous nous faisons toucher, le besoin monte en nous rapidement. Il faut retenir cette énergie au début d’une nouvelle flamme amoureuse. Les touchés durant l’étape de fréquentations servent à agacer le besoin d’affection de l’autre et sentir sa retenue. Oui! J’ai besoin d’affection, mais… Une retenue parce que nous n’étions pas prêts à laisser exprimer ce besoin librement « .

L’énergie première

L’affectivité renferme une énergie première que j’appelle. Une énergie qui est en nous depuis le moment de notre naissance. Celle-ci nous pousse à exprimer notre besoin d’amour et à répondre au besoin d’être aimé d’une autre personne.

Elle se ressent comme une sensation d’une boule dans la gorge. Elle peut se concevoir comme étant un vide intérieur. Une sensation de vide et d’impuissance face à notre propre existence associée à notre vulnérabilité.

Dans l’étape de la découverte, nous prenons contact avec l’énergie première de l’autre. Ce qui constitue la découverte en question. Une énergie qui se libère suivant la loi du tout ou rien. C’est à travers le contact physique, le touché, le corps à corps, le peau à peau que nous libérerons cette énergie. En d’autres mots, c’est quand nous nous donnons ou nous nous abandonnons physiquement que se libère cette énergie émotionnelle en nous. C’est de la passion à l’état pur.

Le contact physique

Hors donc, le contact physique durant l’étape de la découverte nous fait ressentir la présence de l’énergie première de l’autre qui est sur le point de se libérer. Une présence énergétique qui nous fait ressentir un état de grande vulnérabilité chez l’autre. Une vulnérabilité qui sous-entend le besoin d’être aimé et rassuré.

En contact avec la fragilité, la faiblesse, la petitesse, nous devenons très attentionnés à l’autre.

Cette énergie première contient celle de notre enfance. Une énergie que nous avions enfant pour exprimer notre besoin d’être aimé, d’avoir de l’attention et d’être prise en charge. Elle nous faisait vivre la sensation que nous étions le centre du monde. Une sensation d’être l’être le plus important au monde.

Pour vivre un échange d’affection, il faut reconnaître en nous la présence de notre pulsion d’être aimé dans sa plus simple expression. Nous ne pouvons pas toujours nous comporter en adulte responsable. Nous devons nous permettre d’être enfantins (nes), dépendants (es), faibles, insécures, innocents (es). Il faut parfois lâcher prise pour ressentir notre sentiment dépendance. Pour vivre l’instant présent, pour oublier le temps qui passe et pour arrêter de se préoccuper des conséquences de nos actions.

Faire l’amour, c’est un mélange de sexualité et d’affection. Toucher physiquement une personne fait toujours ressortir le côté affectif. Comme inévitablement, il y a un contact physique dans une relation sexuelle, l’aspect affectif est indissociable de la sexualité. Donc, par la sexualité nous comblons notre affectivité et vice-versa par l’affectivité nous comblons notre besoin de sexualité. D’ailleurs, pour que la sexualité se vive bien, l’aspect affectif doit toujours être présent. En d’autres mots, le plaisir de la génitalité se vit bien seulement dans un contexte d’abandon mutuel.

La sexualité s’exprime bien dans un contexte sécuritaire. Moi exemple, personnellement en tant qu’homme, l’excitation sexuelle qu’une femme nue dans mes bras me procure me pousse à être affectueux envers elle. Ce qui l’excitera sexuellement et qui fera qu’elle sera affectueuse aussi avec moi, et ainsi de suite.

En conclusion, dans l’étape de la découverte, nous prenons conscience avec plus d’intensité la très grande importance de la beauté de la vie de l’être humain qui est dans nos bras.

Le moment d’exaltation

 

Le moment d’exaltation survient à un moment donné.

Caractéristiques de ce moment

Le moment d’exaltation coïncide avec la libération de notre énergie première durant un contact physique intime et affectueux. Un moment d’intense plaisir qui s’empreigne dans notre mémoire. Une marque qui influencera profondément le type de relation qui s’établira par la suite entre les deux partenaires enfin amoureux.

Il s’est passé quelque chose, comme une étincelle. C’est après avoir vécu ce moment d’exaltation qu’homme et femme tombent en amour l’un envers l’autre. En effet, c’est quelque temps après avoir expérimenté ce moment d’extase et en l’absence de l’autre. Que tout d’un coup, en repensant au dernier échange d’affection, que remonte en nous un puissant sentiment qui nous bouleverse au point de nous faire pleurer littéralement. Nous ressentons une chaleur intérieure et soudainement, comme une révélation qui tombe du ciel, il vous vient une forte sensation que nous aimons énormément notre partenaire. Puis sur le moment, il nous manque énormément et plus que jamais.

Nous sommes maintenant en amour. Un lien social très solide qui nous unit. Uni par le partage d’une expérience extraordinaire de s’être complètement abandonné à l’autre et d’avoir senti la sensation d’avoir quelqu’un qui s’abandonne complètement à nous. Uni par un désir presque obsessionnel de vouloir revivre une autre fois encore et encore ce moment de joie intense, d’euphorie et d’extase.

Ce moment d’exaltation est à l’origine de la dépendance affective saine dans le couple. Nous devenons « adict » du corps de notre partenaire. Nous ressentons le besoin d’être en contact avec son corps comme un junkie qui ressent le besoin de s’injecter de l’héroïne. Le plaisir de l’affection nous calme, nous apaise, nous rend contemplatif (ve) serein (ne) et dans un état de béatitude. Cela abaisse notre niveau d’anxiété sous le seuil idéal de la vie de tous les jours.

L’état d’esprit précédant le moment d’exaltation

L’état d’esprit, qui précède la libération de notre énergie première, nous fait ressentir le besoin de dire à notre partenaire : « J’ai besoin d’être aimé, aimes moi, j’ai besoin de toi, prendre moi, je suis tout (e) à toi…».

Conclusion

Le niveau de sécurité augmente graduellement avec le temps, jusqu’au point de permettre la libération de notre énergie première au cours d’un échange affectueux. Plus l’homme et la femme se touchent physiquement, plus avec le temps, ils se sentent bien et sécurité ensemble. Ce processus d’apprivoisement se produit au niveau de l’inconscient, de l’instinctuel ou de l’incontrôlable. En d’autres mots, cela se passe au niveau émotionnel.

Par contre, il y a l’abandon physique ou émotionnel et l’abandon conscient ou rationnel. L’abandon rationnel est plus important au début de la rencontre amoureuse. Il constitue l’amorce pour l’abandon émotionnel. S’abandonner rationnellement, c’est prendre conscience de ce qu’il faut faire pour créer une situation favorable à l’abandon physique.

L’abandon rationnel passe aussi par la capacité de décider de vivre le moment présent, d’accepter les frustrations, de patienter, de se concentrer pour écouter l’autre, de faire des efforts pour lui plaire et lui faire plaisir.

L’abandon rationnel passe aussi par la volonté de pouvoir s’abandonner émotionnellement, de s’abandonner aux évènements qui surviennent et d’être détaché de ses désirs.

Pour finalement perdre tout contrôle sur soi afin de libérer de notre énergie première au cours d’un échange d’affection. Moment où nous nous attendons d’être aimés et reçus avec amour, ce qui arrive dans tous les cas ou assurément. Car, les deux personnes se donnent et s’abandonnent totalement l’un à l’autre à ce moment-là.

Copyright 1999 Les éditions de la Femme. Tous droits réservés

Retour à l’index du « Le plaisir de l’affection »

– Découvrez-en plus avec les

Témoignages de nos Clients & Partenaires

Kevin Pinsonneault

« Belle source d'énergie »

Les bols de chez Perter's Buddha sont tout simplement délicieux ! J'ai besoin d'une belle source d'énergie pour affronter mes journées bien remplie et les Buddha Bowl sont très efficaces. Des ingrédients minutieusement sélectionnés...
Lire davantage
Kevin Pinsonneault

« Belle source d'énergie »

Les bols de chez Perter's Buddha sont tout simplement délicieux ! J'ai besoin d'une belle source d'énergie pour affronter mes journées bien remplie et les Buddha Bowl sont très efficaces. Des ingrédients minutieusement sélectionnés, présentation soignée et saveur rafinée 👌 Merci pour vos bols rempli d'amour et de goût.
Kevin Pinsonneault
Kevin Pinsonneault
Kimberley Audrey

« Je me sens vivante »

Merci Peter’s Buddha Bowl pour m'avoir fait prendre conscience de ce que mon corps avait réellement besoin, et non de ce que je pensais qui était bon pour lui. Grâce à vous...
Lire davantage
Kimberley Audrey

« Je me sens vivante »

Merci Peter’s Buddha Bowl pour m'avoir fait prendre conscience de ce que mon corps avait réellement besoin, et non de ce que je pensais qui était bon pour lui. Grâce à vous, je me sens reminéralisée et vivante. J'ai goûté le Buddha Bowl, le Juice d'Or et le Pottage Squash 😋 délicieux ! Je recommande de les inclure dans votre alimentation quotidienne !
Kimberley Audrey
Kimberley Audrey
Tony Baldassare

« c'est Formidable wow .. »

J’ai consommé un pot masson de Juice d'Or, 34oz en deux jours et il est extraordinaire. Avec mon trouble d'acide urique, c'est Formidable wow, je ressens déjà une amélioration....
Lire davantage
Tony Baldassare

« c'est Formidable wow.. »

J’ai consommé un pot masson de Juice d'Or, 34oz en deux jours et il est extraordinaire. Avec mon trouble d'acide urique, c'est Formidable wow, je ressens déjà une amélioration. Je vais essayer de faire une cure de 30 jours et en boire un demi pot par jours et je vous en donnerai des nouvelles !
Tony Baldassare
Tony Baldassare
Dominic du Boulay

« Plant 🌱 Based, 4Life »

Depuis plusieurs années, je mange de la nourriture vivante et j'ai inspiré Peter le grand chef de Peter's Buddha Bowl & Juice à modifier son alimentation. À la base, c'est...
Lire davantage
Dominic du Boulay

« Plant🌱 Based, 4Life »

Depuis plusieurs années, je mange de la nourriture vivante et j'ai inspiré Peter le grand chef de Peter's Buddha Bowl & Juice à modifier son alimentation. À la base, c'est 3 recettes fabriquées avec des aliments bio, principalement raw, font partie de notre alimentation quotidienne. Ce qui nous a donné le goût de l'offrir à nos amis et partenaires. Plant🌱Based, 4Life !
Dominic du Boulay
Dominic du Boulay
Péo Mercier

«Mes papilles 🦋papillonne»

Aujourd'hui grâce à vous, je sauve un temps incroyable sur la préparation de mes lunchs et que dire des saveurs, mes papilles 🦋 papillonne tellement c'est bons. Merci Peter's Buddha Bowl de faire partie...
Lire davantage
Péo Mercier

«Mes papilles🦋papillonne»

Aujourd'hui grâce à vous, je sauve un temps incroyable sur la préparation de mes lunchs et que dire des saveurs, mes papilles 🦋 papillonne tellement c'est bons. Merci Peter's Buddha Bowl de faire partie de ma vie. À chaque boucher que je prends, je ressens tout l'amour ❤️ que vous s'y mettez.
Péo Mercier
Péo Mercier